Collagène : La top protéine

Collagène : La top protéine

Et s’il existait un nutriment qui renverse le vieillissement, renforce la musculature et améliore le sommeil ? Cela peut sembler trop beau pour être vrai, mais il existe en fait de nombreuses études scientifiques qui parlent en faveur du collagène. Le collagène est devenu récemment très populaire dans la communauté des paléontologues sous forme de bouillon d’os et de gélatine, qui contient une composition d’acides aminés similaire. Il est connu pour ses propriétés anti-âge sur les articulations et la peau. Mais cette protéine a en fait encore plus d’avantages en réserve pour le corps humain.

Qu’est-ce que le collagène ?

Le collagène est un type de protéine que l’on trouve naturellement dans le corps. Il y a plus de collagène que tout autre type de protéine chez les mammifères, qui représentent 30 % de toutes les protéines du corps. Il tire son nom d’un mot grec qui signifie “colle”, ce qui est logique, puisque c’est essentiellement ce qui maintient le corps humain en place. On trouve du collagène dans la peau, les articulations, les ligaments, les tendons, le cartilage et même dans les os et les muscles.

Le collagène est composé de les acides aminés conditionnellement essentiels glycine, proline et arginine. Il contient également le dérivé d’acide aminé hydroxyproline. Les acides aminés essentiels sont ceux qui sont normalement produits par le corps, mais il y a des cas où votre corps pourrait avoir besoin de plus qu’il ne peut en produire. Dans ce cas, il peut être utile d’en consommer davantage par le biais de sources alimentaires ou de compléments. Ces acides aminés sont la raison pour laquelle la supplémentation en collagène présente tant d’avantages.

Que peut donc faire le collagène pour vous ?

Aide à la digestion

Les gens ne sont généralement pas conscients des bienfaits digestifs du collagène. La plupart le recherchent pour ses propriétés anti-âge et ses effets sur la santé des articulations. Mais cette protéine a en fait un rôle à jouer dans le tube digestif.

On a constaté que la teneur en glycine du collagène favorise la croissance des bifidobactéries.1 C’est une bonne sorte de bactérie probiotique. Les bonnes bactéries sont responsables de l’aide à la digestion des aliments, de l’absorption des nutriments et de la lutte contre les mauvaises bactéries qui peuvent provoquer des maladies dans l’organisme.

Des études ont également montré que la glycine peut aider à protéger l’intestin en combattant le gonflement et l’inflammation souvent observés dans les MICI (maladies inflammatoires de l’intestin).2 De plus, on constate que la glycine protège l’intestin grêle pendant l’endotoxémie,3 état dans lequel les endotoxines présentes dans le sang peuvent provoquer des saignements, la mort cellulaire et un choc.

Cela montre que le collagène est important non seulement pour faciliter la digestion, mais aussi pour protéger le tube digestif contre les maladies et les blessures.

Amélioration des performances et des résultats physiques

Voici ce qui suscitera le plus l’intérêt des athlètes et des culturistes : Le collagène peut vous aider à construire des muscles plus gros et plus forts. Deux études ont été menées par des chercheurs allemands et japonais pour le tester.

Une étude allemande pour 20154 a été fait avec des hommes de 70 ans sur peptides de collagène contre placebo. Pendant trois mois, ils ont consommé des peptides de collagène et ont effectué un entraînement de résistance régulier. Au final, les hommes du groupe collagène ont gagné en masse musculaire.

Une autre étude de chercheurs japonais5 a vérifié si l’hydroxyprolylglycine (une combinaison d’hydroxylproline et de glycine) provenant de la gélatine ou des peptides de collagène pouvait être à l’origine des résultats de l’étude allemande. Ils l’ont testé sur des cellules musculaires et ont constaté que les cellules fusionnaient plus rapidement et que les tissus musculaires plus volumineux se développaient grâce à la supplémentation.

Comme si les gros muscles ne suffisaient pas, la teneur en arginine du collagène joue également un rôle dans l’exercice.6 Des études ont également été menées sur cet acide aminé et ont conclu que L’arginine prise pendant l’entraînement augmente la force et la masse corporelle, et diminue la dégradation du collagène. De plus, l’arginine stimule la production de l’hormone de croissance qui est responsable de la croissance musculaire.7

Aides à la perte de poids

Vous souvenez-vous de cette étude allemande sur les hommes âgés ? Un autre résultat de cette étude était que les sujets consommant les peptides de collagène brûlaient également plus de graisse corporelle. En outre, la consommation de quantités supplémentaires de protéines, comme les suppléments de collagène, donne une sensation de satiété et réduit l’appétit. Un apport calorique plus faible signifie généralement moins de kilos supplémentaires, si vous visez une perte de poids.

Promouvoir la santé commune

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi la gelée est si bonne pour les enfants? En fait, ce n’est pas seulement pour le plaisir. La gélatine est simplement la forme cuite du collagène, et Jell-O contient beaucoup de gélatine qui aide à la formation des os et des autres tissus conjonctifs.

Les recherches ont également montré que le collagène peut également réduire les douleurs articulaires. Une étude a été menée sur des athlètes souffrant de douleurs articulaires chroniques.8 Après avoir consommé du collagène pendant 24 semaines, leur douleur a considérablement diminué par rapport au groupe placebo.

Le collagène a également des effets positifs sur les personnes souffrant d’arthrite. Une expérience a été menée sur des rats atteints d’arthrose, qui ont consommé du collagène supplémentaire pendant 90 jours. Les résultats ont montré une diminution de la douleur et une augmentation de la mobilité. Le collagène comme traitement de la polyarthrite rhumatoïde (PR) a également été testé sur des personnes souffrant de PR.9 Après 24 semaines, ils ont montré des améliorations positives sans aucun effet secondaire.

Ainsi, en plus de favoriser le développement musculo-squelettique de l’organisme, le collagène aide à traiter les affections associées aux articulations. C’est une bonne chose non seulement pour ceux qui souffrent de maladies, mais aussi pour ceux qui font de l’exercice et stressent régulièrement leurs articulations jusqu’à leurs limites et pourraient utiliser le soutien supplémentaire. Moins vous souffrez de douleurs articulaires, plus vous pouvez consacrer de temps et d’énergie à faire de l’exercice plus souvent.

Accélérer la guérison et le rétablissement

Une étude indienne a montré que l’acide aminé proline, que l’on trouve également dans le collagène, aide à la cicatrisation des blessures.10 Dans le cadre de l’étude, les chercheurs ont testé cela sur des rats ayant des blessures de même taille. Le premier groupe a reçu de la proline par voie orale, le deuxième groupe a reçu de la proline appliquée directement sur les plaies, et le troisième groupe n’a reçu aucune proline. Les plaies ont cicatrisé après 15 jours, 10 jours et 20 jours, respectivement.

C’est intéressant, La proline topique était la plus efficace, ouvrant la voie à de futures crèmes topiques potentielles pour accélérer la guérison. Une autre étude a également conclu que le collagène joue un rôle important tout au long du processus de cicatrisation des plaies.11 Ces conclusions sont la raison pour laquelle les pansements au collagène sont apparus pour des usages médicaux.

Garder la peau jeune

L’une des principales préoccupations liées au vieillissement est l’aspect physique de la vieillesse. Si le vieillissement est un processus naturel et n’est pas totalement évitable, certaines personnes en montrent les signes à un âge plus précoce que d’autres. Imaginez que vous soyez pris comme le grand-père de vos enfants, ou que vous ayez des rides sur le visage au début de la vingtaine. Les cheveux blancs peuvent facilement être recouverts par une coloration, mais les rides et la peau sèche qui ont perdu leur élasticité et leur éclat de jeunesse demandent beaucoup plus d’efforts ; certains se contentent de laisser faire. Mais que faire s’il existe un autre moyen de contrer ce phénomène ?

Le collagène est surtout connu comme une protéine qui inverse les signes du vieillissement et a des effets d’embellissement. Une étude approfondie a été réalisée sur cette affirmation.12 Ils ont demandé à 300 sujets de différents pays de tester les effets de la consommation de collagène sur les signes du vieillissement.

L’étude a conclu à des résultats positifs sur la santé de la peau, à une plus grande densité de collagène et à une amélioration de la fermeté de la peau. Les sujets qui avaient des rides et ceux qui présentaient des signes de photo-vieillissement ont montré une amélioration considérable. L’hydratation de la peau s’est également améliorée et la profondeur du sillon nasogénien (la ligne allant de la commissure du nez à la bouche) a été réduite. Vous ne pouvez peut-être pas échapper au vieillissement, mais avec le collagène, vous pouvez au moins le retarder.

Améliore la qualité du sommeil

C’est un autre avantage que l’on n’attendrait pas vraiment du collagène. Lorsque vous dormez, vous entrez dans différents niveaux de sommeil, allant du stade 1 au stade 4. Les stades 1 et 2 sont très peu profonds, et vous pouvez facilement vous en réveiller. Le stade 3 est le sommeil profond ou sommeil lent, tandis que le stade 4 est le sommeil paradoxal (mouvements oculaires rapides), où les rêves se produisent généralement.

Le stade du sommeil profond est celui où votre corps se repose et se rétablit. C’est une étape de sommeil très importante que vous devez franchir pour être performant le lendemain. À ce stade, l’hormone de croissance est également libérée, ce qui stimule la croissance musculaire.

Certaines personnes, cependant, ne peuvent pas entrer dans un sommeil profond en raison de leur état de santé ou de leurs habitudes. La consommation de caféine trop tard dans la soirée, par exemple, peut empêcher votre corps d’atteindre des stades plus profonds du sommeil, comme le stade 3. Cela provoque de la somnolence pendant la journée et une incapacité à se concentrer.

Une étude a été menée sur les effets de la consommation de collagène sur les habitudes de sommeil.13 Selon ces recherches, les personnes qui ont pris du collagène avant de dormir ont déclaré avoir un sommeil de meilleure qualité. Les mesures effectuées ont également montré que les sujets s’endormaient plus vite et atteignaient le sommeil profond plus rapidement que ceux qui prenaient le placebo. On a également constaté qu’ils ne se sentaient pas fatigués pendant la journée et qu’ils avaient de bonnes performances mentales. Même s’ils n’ont pas dit que leur qualité de sommeil s’était améliorée après avoir consommé du collagène, leurs tests de performance cognitive ont tout de même montré des améliorations.

Comment consommer du collagène

Après avoir lu tous ces avantages, vous pensez évidemment, où puis-je me procurer du collagène ? La bonne nouvelle, c’est que votre corps produit déjà naturellement cette protéine. La mauvaise nouvelle, c’est que le collagène de votre corps diminue avec l’âge. Par conséquent, vous devez consommer des compléments de collagène si vous avez l’impression que votre corps pourrait bénéficier de cette augmentation.

Il existe deux formes de collagène que l’on retrouve couramment dans les suppléments : gélatine et hydrolysat de collagène.

  • La protéine de collagène cuite est ce que vous savez être de la gélatine. Vous pouvez l’utiliser pour faire des desserts. Elle a une consistance plus dense, ce qui la rend meilleure pour la cicatrisation de l’intestin, car elle est plus longue à digérer.
  • Les hydrolysats de collagène, ou peptides de collagène, sont des formes plus légères et plus faciles à dissoudre, même dans les boissons liquides froides. Il a également la même teneur en acides aminés que la gélatine. C’est préférable si vous voulez le mettre dans vos boissons, milk-shakes protéinés ou smoothies.

Les deux formes de collagène présentent les mêmes avantages. En fin de compte, votre choix dépend simplement de la façon dont vous souhaitez le consommer.

Il est surprenant de constater combien de bénéfices supplémentaires vous pouvez tirer d’un seul type de protéine. Pas étonnant qu’il constitue la plupart des protéines du corps ! Bien qu’il ne soit pas absolument nécessaire de prendre du collagène, il est très bénéfique dans l’ensemble. Il n’est pas seulement bon pour une apparence jeune, mais aussi pour la santé mentale, digestive et musculo-squelettique. De plus, une bonne nuit de sommeil éloignera la fatigue et assurera à vos muscles la récupération qu’ils méritent pour se construire un beau physique.

Références

1. Sheveleva, S. A., et SIu Batishcheva. “Caractéristiques des propriétés bifidogènes de la matière du collagène.” Voprosy Pitaniia 81, n° 1 (2012) : 13-23. 2. Howard, Alison, et Barry Hugo Hirst. “Le transporteur de glycine GLYT1 dans l’intestin humain : expression et fonction.” Bulletin biologique et pharmaceutique 34, n° 6 (2011) : 784-788. 3. Effenberger-Neidnicht, Katharina, Johannes Jägers, Rabea Verhaegh et Herbert de Groot. “La glycine réduit sélectivement les lésions intestinales pendant l’endotoxémie.” Journal de la recherche chirurgicale 192, n° 2 (2014) : 592-598. 4. Zdzieblik, Denise, Steffen Oesser, Manfred W. Baumstark, Albert Gollhofer et Daniel König. “La supplémentation en peptides de collagène associée à un entraînement de résistance améliore la composition corporelle et augmente la force musculaire chez les hommes âgés sarcopéniques : un essai contrôlé randomisé.” British Journal of Nutrition 114, n° 8 (2015) : 1237-1245. 5. Kitakaze, Tomoya, Tomotaka Sakamoto, Takehiro Kitano, Naoki Inoue, Fumihito Sugihara, Naoki Harada, et Ryoichi Yamaji. “Le dipeptide hydroxyprolyl-glycine dérivé du collagène favorise la différenciation des myoblastes C2C12 et l’hypertrophie des myotubes.” Communications sur la recherche biochimique et biophysique 478, non. 3 (2016) : 1292-1297. 6. Elam, R. P., D. H. Hardin, R. A. Sutton et L. Hagen. “Effets de l’arginine et de l’ornithine sur la force, la masse maigre et l’hydroxyproline urinaire chez les hommes adultes.” Le Journal de la médecine sportive et de la condition physique 29, no. 1 (1989) : 52-56. 7. Zajac, Adam, Stanislaw Poprzecki, Aleksandra Zebrowska, Malgorzata Chalimoniuk et Jozef Langfort. “La supplémentation en arginine et en ornithine augmente les niveaux sériques de l’hormone de croissance et du facteur de croissance analogue à l’insuline 1 après un exercice de résistance intense chez les athlètes entraînés à la musculation.” Le Journal de la recherche sur la force et le conditionnement 24, non. 4 (2010) : 1082-1090. 8. Clark, Kristine L., Wayne Sebastianelli, Klaus R. Flechsenhar, Douglas F. Aukermann, Felix Meza, Roberta L. Millard, John R. Deitch, Paul S. Sherbondy et Ann Albert. “Étude de 24 semaines sur l’utilisation d’hydrolysat de collagène comme complément alimentaire chez les athlètes souffrant de douleurs articulaires liées à l’activité.” Recherche et opinion médicales actuelles 24, non. 5 (2008) : 1485-1496. 9. Barnett, Martha L., Joel M. Kremer, E. William St Clair, Daniel O. Clegg, Daniel Furst, Michael Weisman, Malcolm JF Fletcher et al.Traitement de la polyarthrite rhumatoïde avec du collagène de type II oral : Résultats d’un essai multicentrique, en double aveugle, contrôlé par placebo.” Arthrite et rhumatologie 41, no. 2 (1998) : 290-297. 10. Ponrasu, Thangavel, Sankar Jamuna, Arulanandham Mathew, Karuppanan Natarajan Madhukumar, Moorthy Ganeshkumar, Kuttalam Iyappan et Lonchin Suguna. “Efficacité de l’administration de L-proline sur les réponses précoces lors de la cicatrisation cutanée chez le rat.” Acides aminés 45, n° 1 (2013) : 179-189. 11. Brett, David. ” ???Un examen du collagène et des pansements à base de collagène.” Blessures : un compendium de la recherche et de la pratique cliniques 20, n° 12 (2008) : 347-356. 12. Borumand, Maryam, et Sara Sibilla. “La consommation quotidienne du complément de collagène Pure Gold Collagen® réduit les signes visibles du vieillissement.” Interventions cliniques dans le domaine du vieillissement 9 (2014) : 1747. 13. Inagawa, Kentaro, Takenori Hiraoka, Tohru Kohda, Wataru Yamadera et Michio Takahashi. “Effets subjectifs de l’ingestion de glycine avant le coucher sur la qualité du sommeil.” Sommeil et rythmes biologiques 4, no. 1 (2006) : 75-77.